RABOUIN ou RABOUAN

Noms portés dans l'Ouest (49, 72, 79).

Variantes ou formes voisines : RABOUANT, RABOIN, RABOUHIN (49).

Il s'agit certainement d'une variante de RABOAM qui est porté dans la même région. Ce dernier est porté également dans l'Ouest, en particulier dans la Sarthe et les Deux-Sèvres.

Variantes : ROBOAN, ROBOUAM, ROBOUAN, ROBOUANT. Il s'agit d'un nom de personne biblique, porté par le fils de Salomon, roi de Juda. Reste à comprendre pourquoi il a été si populaire dans cette région.

Remarquons néanmoins que Marie Thérèse Morlet évoque une ancienne monnaie valant trois sous ("le raboin"). En outre, le nom existe comme toponyme : il existe un hameau appelé le Rabouin à Chalonnes-sur-Loire (49), un autre se nomme Raboin à La Roche-Chalais (24). Signalons enfin la Vallée Rabouan à Marnes (79). (source Généanet, rubrique : "D'où vient mon nom?)".

Nos ancêtres directs (17 couples de sosas) RABOUAN ou RABOAN, RABOUIN ou RABOIN, tous originaires du BAUGEOIS, au nord de SAUMUR (de VERNANTES à LASSE), furent presque tous des cultivateurs (journaliers, closiers, bêcheurs, laboureurs). Certains ajoutèrent le métier de sabotier aux XIXème et XXème siècles (il est vrai qu'ils habitaient dans des villages qui jouxtaient la magnifique forêt de CHANDELAIS, près de BAUGE).

Historique des variations orthographiques concernant nos ancêtres :

  • Si l'on se fie à la lecture des actes, "l'histoire" commença en 1757 à propos du baptême de Jean Rabouan : le prêtre R.Bauzain plaça un point sur chaque jambe de la lettre "u".
  • Tout laisse à penser que la vraie forme patronymique était "RABOUAN" avant 1756. Le curé de "Chartrenay", R.Choisy, orthographiait "raboan", se fiant probablement à la prononciation "locale" (patois angevin qui ferme certains sons). La confusion entre "Rabouan" et "Rabouin" va perdurer jusque dans le XXème siècle.
  • En effet, en 1858, une erreur fut commise par l'officier d'Etat civil de VERNANTES, dans l'acte de naissance de Charles Pierre Rabouan. Il écrivit "Rabouin".
  • En 1882, à l'occasion de son mariage, il exigea et obtint une "rectification de naissance".
  • En 1867, l'acte de mariage de Louis Gustave Rabouan fut enregistré sous le nom de Rabouan alors que le marié signa "Rabouin".
  • Ce fut son fils, Louis Auguste RABOUIN, notre sosa 28, homme de caractère, qui imposa l'orthographe définitive du patronyme lors de son mariage en 1895, se référant à son acte de naissance.
  • De nos jours, certaines branches de la même famille s'appellent "Rabouin" ou "Raboin" et d'autres "Rabouan" ...

  • Consulter "Mes mémoires de jeunesse" de Marcelle RABOUIN ", notre sosa 7 et "Marcel RABOUIN, prisonnier au stalag VI-D à Dortmund (1940-1945)", notre sosa 14.
  • retour vers patronymes branche Goujon